La transformation numérique, un casse-tête à financer ?

Illustration blog

Le numérique a actionné un changement d’envergure dans le monde de l’entreprise. Il est aujourd’hui  vitale pour l’ensemble des professionnels, PME/TPE ou grands groupes, de procéder à une modification de leur structure en y incorporant le marché numérique et en utilisant les nouvelles technologies.

Les investissements dans le numérique ne représentent pas toujours un poste de dépense lourd pour les entreprises. Pour les TPE/PME, il peut s’agir d’investir dans une nouvelle solution de paiement (notamment mobile), s’assurer de la présence de l’entreprise sur internet et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram) pour permettre davantage de visibilité à l’activité ou de mettre en place un marketplace pour répondre à la demande toujours plus croissante des achats sur Internet, de mettre en place un système de fidélité.

Mais pour d’autres besoins, s’adapter au monde numérique peut représenter un investissement important pour l’entreprise. Les grands groupes disposent généralement de la trésorerie suffisante pour lancer cette évolution (nouveau logiciel interne, équipements en nouvelles technologies pour les salariés, nouvelle expérience client) et les start up arrivent à séduire les investisseurs grâce à leurs projets disruptifs, ce qui leur permet d’obtenir des levées de fonds leur permettant de faire ce type d’investissement.

En revanche, les TPE/PME ayant déjà un historique, situées sur un marché déjà existant  ne disposent généralement pas des capitaux propres suffisant pour gérer ce virage numérique et pérenniser leur activité. C’est alors que la question du financement se pose et que les difficultés commencent.

En effet, il s’avère que les banques et les fonds sont assez frileux pour financer ce type d’investissement.  Ils préfèrent financer du matériel, sur lequel ils peuvent prendre une garantie pour sécuriser le financement. De plus, la méconnaissance  de ces acteurs fait qu’ils préfèrent avancer en terrain connu sur un marché qui leur rapporte. Il faut bien comprendre que ce type d’investissement n’est généralement pas pour se diversifier et augmenter le rendement de l’entreprise mais bien pour assurer la survie de l’entreprise. Il y a donc une réelle prise de conscience à avoir pour permettre aux chefs d’entreprise d’être accompagnés dans leur mutation numérique.

Il y a également une problématique comptable : la plupart des investissements dans le numérique vont être passés en charges dans le compte de résultat et n’apparaitront pas dans l’actif de l’entreprise dans le bilan, ce qui peut nuire à l’analyse de la structure financière et freiner les financements potentiels.

PretUp offre à ces entreprises une solution de financement adaptée à leur besoin de mutation en leur permettant d’emprunter auprès des particuliers la trésorerie dont ils ont besoin pour assurer leur transition numérique.

PretUp / 20 juillet 2017

Amazon Lending, la solution de financement pour les revendeurs de la plateforme

Amazon

Depuis 2011, Amazon a mis en place un système de prêts professionnels à court terme (maximum de 12 mois) pour aider les TPE/PME qui vendent sur la plateforme de vente en ligne à développer leur activité. Il s’agit d’Amazon Lending.

Amazon a fait savoir très récemment que c’était plus de 3 milliards de dollars qui avaient été distribués à plus de 20 000 petites entreprises. L’accès au crédit se fait sur invitation et le montant octroyé va de 1000 $ jusqu’à 750 000 $. Amazon limite le risque en ne travaillant qu’avec les meilleurs vendeurs. L’entreprise a les capacités d’analyse via leurs algorithmes pour les sélectionner selon leur volume de vente, leur rythme d’épuisement de stock et l’étendue de leur offre.

Le financement va permettre aux entreprises d’acheter davantage de stocks à vendre sur le marketplace afin d’améliorer leur offre. Amazon va ainsi gagner sur les 2 tableaux. D’un côté, la plateforme se rémunère via les intérêts perçus lors des remboursements de prêt et de l’autre côté, elle va se rémunérer avec les commissions sur les ventes qui sont favorisées par l’investissement réalisé.

Il faut savoir que la moitié des ventes réalisées sur la plateforme le sont par des petites entreprises, c’est donc d’une importance capitale pour Amazon  d’aider ces revendeurs à se développer.

Pour rappel quelques chiffres  sur Amazon :

-Chiffre d’affaires : 136 milliards $ (2016)

-Bénéfice : 4.2 milliards $ (2016)

-Effectif : 230 000 (juillet 2015)

-Capitalisation boursière au NASDAQ : 462 milliards $

PretUp / 14 juin 2017

Signature d’un Partenariat entre la Médiation du Crédit et l’Association Financement Participatif France

logo_mediation_credit

La Médiation du crédit aux entreprises et l’association Financement Participatif France (FPF) ont signé un partenariat ce mercredi 16 décembre 2015, afin d’élargir l’offre de financement disponible pour les entreprises en y incluant les différentes formes de financement participatif.

PretUp est membre de l’Association Financement Participatif France depuis le début d’année 2015, en étant à l’origine de la constitution du Groupe des plateformes de crowdlending.

Financement Participatif France est l’association professionnelle des acteurs du crowdfunding en France. Créée en août 2012, elle a pour objectif la représentation collective, la promotion et la défense des droits et intérêts des acteurs de la finance participative pour faire progresser le financement de projets par les citoyens.

Cette convention matérialise l’engagement de la Médiation du crédit et des plateformes de crowdfunding à mettre en avant le financement participatif pour aider les TPE et PME françaises à trouver des solutions de financement, quand les financements bancaires ne permettent pas répondre à l’ensemble des demandes du chef d’entreprise.

La Médiation du Crédit cherchera des solutions pouvant combiner un mixte de financement bancaire et/ou financement participatif. La Médiation du crédit aux entreprises est un service public gratuit, efficace et confidentiel destiné aux entreprises qui rencontrent, avec leurs partenaires bancaires ou avec un assureur-crédit, des difficultés de financement.

De plus en plus d’acteurs financiers prennent conscience des effets bénéfiques et complémentaires du financement participatif (comme le crowdlending) avec d’autres formes de financement plus traditionnelles (crédit bancaire). Grâce à ce partenariat, la Médiation du crédit contribue ainsi à légitimer et à promouvoir ce type de financement auprès des entreprises à la recherche de financements alternatives.

La Médiation du crédit aux entreprises et l’association FPF mèneront des actions communes d’informations et de communication ces prochains mois sur les différentes possibilités de financement des entreprises.

Pour Fabrice PESIN, Médiateur national du crédit (ancien Secrétaire Général de l’ACPR) :  « Le financement participatif représente une voie prometteuse pour répondre aux besoins de financement des TPE et PME françaises ».

Pour Nicolas LESUR, président de l’Association Financement Participatif France : «ce partenariat constitue une étape importante dans le développement et la reconnaissance de l’utilité du crowdfunding et du soutien au développement des entreprises françaises ».

Un partenariat réciproquement bénéfique. Les plateformes de crowdfunding s’engagent à informer en retour les entreprises dont elles ne retiennent pas les projets ou qui ne parviennent pas à lever les fonds souhaités, de la possibilité de saisir la Médiation du crédit.

PretUp – 19 décembre 2015

Connaissez-vous les étapes pour acheter ou céder un fonds de commerce ?

Quel est le lien entre la Loi Macron,  nous vous en parlions dans un article du mois dernier, et le fond de commerce ?

Depuis la loi  Macron, datant du 6 août 2015, l’enregistrement de l’acte de cession du fonds de commerce régularisée par un acte authentique aux services des impôts n’est plus obligatoire.

Aujourd’hui nous allons vous apprendre les étapes pour acheter ou vendre son fonds de commerce.

La transmission du fonds de commerce est soumise à une réglementation stricte qui vise à protéger l’acquéreur et les éventuels créanciers du vendeur.

  • Pour céder un fonds de commerce, un acte doit être établi sous seing privé ou chez un notaire. L’acte notarié, également appelé authentique, est exécutoire. Il permet au vendeur de procéder à des saisies pour se faire payer sans attendre un jugement. Le paiement du fonds de commerce est différé ; il est effectué après les formalités de publicités prévues par la loi.
  • Il faut être vigilent car certaines mentions sont obligatoires. La vente d’un fonds de commerce doit se faire d’une manière transparente. C’est-à-dire que l’acheteur doit être informé avec précision sur la réalité et la valeur du fonds. Pour cela, l’acheteur est protégé parle Code du Commerce qui prévoit 5 mentions obligatoires sans quoi, l’acte sera nul.
  1. Le nom du précédent vendeur, la date et la nature de son acte d’acquisition et le prix de cette acquisition.
  2. Les charges pesant sur le fonds, avec la mention des privilèges et nantissements grevant le fonds, pris par le vendeur ou ses prédécesseurs dans les dix ans précédant la vente. En effet, le rachat du fonds doit intervenir « en l’état ».
  3. Les chiffres d’affaires réalisés par le vendeur au cours des trois dernières années d’exploitation précédant celle de la vente.
  4. Les bénéfices commerciaux réalisés sur la même période.
  5. Le bail commercial, sa date, sa durée, le nom et l’adresse du bailleur (et du cédant s’il y a lieu).
  • Lorsque vous cédez un fonds de commerce, vous avez des obligations à respecter. En effet, il existe des règles d’information et de transparence vis-à-vis de l’acheteur qu’il faut respecter.

Comme expliqué précédemment, si une mention obligatoire ne figure pas dans l’acte ou est inexacte,  l’acquéreur a un délai d’un an pour rompre le contrat. L’acquéreur doit avoir accès aux livres de comptabilité des trois dernières années.

Tous les éléments constitutifs (clientèle, enseigne, mobilier…) du fonds de commerce doivent être délivrés le jour de l’entrée en jouissance (immédiate ou différée).

Pour finir, le vendeur s’engage de bonne foi contre les vices cachés (périmètre de vente interdit par exemple) et les menaces d’éviction des tiers (propriété garantie du vendeur).

  • Pour finir, vous pouvez vous demander combien coûte un fonds de commerce ? Le prix de vente est fixé librement entre le vendeur et l’acquéreur. L’acte, quant à lui, dépendra du notaire.

Au niveau de la fiscalité, l’acquéreur paie aussi des droits d’enregistrement proportionnels au prix de vente :

  • De 0 à 23 000 euros : 0%
  • De 23 000 à 200 000 euros : 3%
  • Supérieur à 200 000 euros : 5%

Certaines zones délimitées par décret  peuvent être exonérées sous condition de maintien de l’exploitation pendant au moins cinq ans.  Côté vendeur, la cession engendre une imposition au titre des plus-values.

PretUp – 27 novembre 2015

Comprendre l’analyse d’un bilan financier – Feuilleton de l’été n°1

 

Les différents postes d’un bilan financier

 

Bilan

 

Vous trouverez dans cet article tous les éléments nécessaires pour comprendre un bilan financier.

Avant tout  voici un schéma qui vous permettra de mieux visualiser nos explications :

newsletter image

 

Le cycle d’investissement se décrit par l’arrivée dans le patrimoine de l’entreprise de nouvelles immobilisations et par la sortie des anciennes, vendues ou mises au rebut.

Les emplois joints à ce cycle sont les immobilisations figurant au bilan en valeurs brutes. Ils sont qualifiés de « longs » ou « durables » et représentent l’argent qu’il a fallu mobiliser pour doter le patrimoine des terrains, bâtiments, matériels … nécessaires.

En parallèle, les ressources cohérentes avec ces emplois sont :

Il y a les capitaux propres augmentés de tous les amortissements et provisions (de l’actif et du passif).

Les dettes financières à long et moyen terme (plus d’un an), quelle que soit l’échéance à laquelle elles devront être remboursées.

 

La différence entre ces ressources et ces emplois du cycle d’investissement est appelé Fonds de Roulement. Il représente l’excédent de ressources « longues » (par rapport aux emplois « longs ». Très souvent positif, il constitue une ressource stable pouvant financer les opérations d’exploitation (ou opérations courantes)

Le cycle d’exploitation renvoie aux opérations courantes et quotidiennes liées à la production et à la vente des biens et services pour une entreprise dont l’activité est industrielle, à l’achat et la revente en l’état de marchandises s’il s’agit d’une activité de négoce.

Les emplois liés à ce cycle des opérations courantes se lisent à l’actif du bilan, en valeurs brutes. Il s’agit :

  • des stocks de marchandises, de matières premières, de produits en cours de production et de produits finis ;
  • des créances, sur les clients pour l’essentiel, mais aussi sur l’état (TVA), les organismes sociaux …
  • Le poste des créances clients fait l’objet d’un retraitement : le financier lui ajoute le montant des effets portés à l’escompte et non échus (E.E.N.E.) à la date de clôture du bilan (qui figure en annexe au bilan).

Graphique

Les opérations courantes dégagent également certaines ressources : ce sont les dettes non financières figurant au passif du bilan (dettes fournisseurs et dettes fiscales).

Généralement, le cycle d’exploitation implique des besoins de financement supérieurs aux ressources. La différence entre emplois et ressources s’appelle le Besoin en Fonds de Roulement (BFR).

Le dernier cycle est celui des opérations de trésorerie.

Les emplois, ou trésorerie active, sont constitués par les liquidités figurant à l’actif du bilan (Valeurs Mobilières de Placement – ou VMP – et disponibilités – i.e. banque et caisse – ).

Les ressources, ou trésorerie passive, sont les crédits de trésorerie inscrits au passif auxquels on ajoute le montant des EENE.

On définit la trésorerie en retranchant les ressources ainsi constituées des emplois. Cette trésorerie est une ressource qui vient compléter le fonds de roulement pour couvrir les emplois que représente le besoin en fonds de roulement.

 

En espérant que cet article vous a permis de mieux comprendre ce qu’était un bilan financier et donc de mieux comprendre nos analyses financières publiées sur notre site www.pretup.fr

 

Notre prochain article traitera des Soldes Intermédiaires de Gestions.

 

PretUp – 31 juillet 2015

Comment analyser un projet sur une plateforme de crowdlending

Les informations sur l’entreprise qui recherche un financement via le crowdlending dépendent de la plateforme ; je vous propose de détailler de façon générale le principe de l’analyse financière. Ce diagnostic doit permettre d’analyser l’entreprise, afin d’appréhender et de s’interroger sur les principaux risques qu’elle assume.  Sur quelle base d’informations financières et économiques peut-on se baser ? A partir des documents comptables et financiers de synthèse mis à disposition par la plateforme (bilan, compte de résultat, tableau de flux) ou les données économiques (détention du capital, contexte juridique et historique dans lequel elle évolue, ses produits ou services, ses marchés, sa structure de production, le personnel, ses perspectives et prévisions de croissance à long terme), un diagnostic financier peut être établi. D’autres informations extra financières peuvent donner des renseignements sur l’entreprise comme la politique générale, son organisation, son management, sa politique commerciale, de communication, ses rapports avec ses différents partenaires (fournisseurs, clients, banquiers ..), des publications de presse, des études sectoriels.

L’analyse de la structure financière et de l’équilibre financier doit permettre de porter un jugement sur la liquidité et la solvabilité de cette dernière. Cette analyse est réalisée à partir de ratios et d’indicateurs qui peuvent être décisifs dans sa décision de prêter à cette entreprise. Nous pouvons citer les ratios de liquidité, les rations d’indépendance financière, les ratios d’endettement, le besoin de fonds de roulement.. ou encore les soldes intermédiaires de gestion (taux de variation du chiffre d’affaires, production de l’exercice, marge commerciale, excédent brut d’exploitation, capacité d’auto financement..). Pour permettre à la communauté des Prêteurs d’une plateforme de crowdlending de prendre sa décision en toute connaissance de cause, il est nécessaire et obligatoire que les informations sur les derniers résultats financiers (liasses fiscales des deux dernières années) de l’entreprise qui emprunte soient en libre accès.

En synthèse, il est important d’étudier à minima les critères principaux cités dessus, en se rappelant la règle des 5M : Man (pour les dirigeants d’entreprise : âge, ancienneté dans la gestion..), Management (ressources de l’entreprise), Marché (sur quel secteur d’activité est positionné l’entreprise, est il en croissance ou en crise), Marchandise ou Produit (quel est le produit ou le service proposé), Money (santé financière de l’entreprise).

PretUp – 15 mars 2015

Usine

Scroll To Top