Le succès du financement participatif en France

En collaboration avec KPMG, l’association Financement Participatif France (FPF), dont fait partie PretUp, a publié le baromètre 2017 de la finance participative et le constat est sans appel : l’évolution du secteur est nette et se confirme. Le crowdfunding s’impose de plus en plus en France dans le domaine du financement aux entreprises.

Le crowdfunding, ou financement participatif ; regroupe trois mode de financement : le don, le prêt (crowdlending) et l’investissement (crowdequity).

Les sommes récoltés sous forme de dons ont progressé de 20% entre 2016 et 2017, passant de 68.6 millions d’euros collectés à 82.8 millions d’euros. Parallèlement à cela, les fonds levés sous forme de prêt ont explosé entre 2016 et 2017, passant de 96.6 millions d’euros à 195.4 millions d’euros soit une augmentation de 102%. En revanche, seul l’investissement a vu ses montants levés diminués, de 68.2 millions d’euros à 58 millions d’euros, soit une baisse de 15%.

Au total, ce sont ainsi plus de 336 millions qui ont été collectés en 2017 (+ 44%) pour près de 24 100 projets.

 

 

A quoi est dû ce succès ?

 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette évolution conséquente.

Pour les prêteurs c’est la possibilité de pouvoir financer l’économie réelle et les entreprises proches de soi dans la transparence la plus totale : celui-ci sait ou vont les fonds et pour quel projet.

L’évolution du cadre juridique encadrant le secteur peut aussi expliquer cela : il est désormais possible pour les plateformes de crowdfunding de proposer différentes formes de financement jusque là réservé aux professionnels, comme les minibons, les émissions obligataires ou les titres participatifs.

Egalement le crowdfunding s’adresse désormais à tout type de structure et ce peut importe le secteur d’activité : une start-up peut tout aussi bien être éligible au financement participatif qu’une entreprise faisant plus d’un million d’euros.

Pour les emprunteurs c’est également un mode de financement beaucoup plus simple qu’un prêt bancaire classique, qui peut se faire intégralement en ligne et en quelque minute. Les fonds sont levés rapidement et le déblocage est tout aussi rapide.

De plus, pour 2018 le gouvernement a exprimé le vœu d’orienter l’épargne des Français dans le financement des TPE/PME. D’importante évolution sont donc à venir pour un secteur en plein essor.

Si vous aussi vous êtes tenté par le crowdlending, n’hésitez pas à nous rejoindre sur PretUp !

Source : Baromètre du crowdfunding en France – 2017 –  KPMG & Finance Participative France.

PretUp le 24/01/2018