Les stratégies des banques pour faire face aux Fintechs

stratégie des banques face aux Fintechs

Le modèle bancaire actuel est menacé aujourd’hui par les Fintechs qui sont de plus en plus nombreuses à vouloir proposer des alternatives innovantes à leur activité.

Quelles sont les stratégies de riposte qu’elles adoptent ?

Certaines banques en ligne, filiales des banques traditionnelles revoient leur copie concernant leur tarification comme par exemple Boursorama Banque, filiale de la Société Générale en passant au tout gratuit en prenant exemple sur Revolut, N26 et le Compte Nickel, qui proposent la gratuité sur les opérations courantes et sans distinction de revenus. En effet jusqu’à très récemment, les banques en lignes, comme Boursorama, demandaient à leurs clients en général un revenu net supérieur à 1500 € pour ouvrir leur compte ou 5000€ d’épargne. En revanche ils semblent que les grands réseaux ne fassent pas encore d’effort sur la tarification.

Certaines choisissent de se différencier en innovant. Par exemple, le Crédit mutuel a signé récemment un partenariat avec IBM pour utiliser le système d’intelligence artificielle Watson. Concrètement, c’est un robot qui permet d’échanger avec un client que ça soit par mail, par chat ou en synthèse vocale tout en s’adaptant et en apprenant en fonction des réactions de l’utilisateur. Cette solution a un double intérêt car d’un côté elle permet de libérer du temps commercial pour les conseillers bancaires et pour les clients, cela leur permet d’avoir une réponse à leurs questions plus rapidement.

D’autres réfléchissent à refondre complètement le rôle des agences physiques. Depuis quelques années, de nombreuses agences ont fermé, permettant aux banques de faire énormément d’économie, qu’elles investissement dans le reste du réseau en spécialisant des agences sur certains créneaux (immobilier, professionnels, entreprises, patrimoine).

Des partenariats se nouent avec des Fintechs comme avec Budget Insight qui proposent à ses clients de récupérer leurs données bancaires et de les aider à mieux piloter leurs finances. La startup partage sa technologie avec des banques afin de leur permettre de construire de meilleures expériences pour leurs clients.

Des partenariats avec des distributeurs se créent comme la carte Fnac en partenariat avec le Crédit Agricole Consumer Finance ou Apple avec le système de paiement mobile Apple Pay permettant de payer avec son iPhone. Les banques ont également développé leur propre solution de paiement mobile avec Paylib.

Récemment des banques lancent de nouvelles offres comme le Crédit Agricole avec l’offre EKO : un compte individuel avec une carte bancaire, des alertes SMS préconfigurées, la possibilité d’effectuer les virements pour 2 € par mois tout en étant rattacher à une agence physique, ce qui permet de se différencier des offres mobiles du moment que sont N26, Revolut et Orange Bank.

Les banques doivent aujourd’hui se réinventer, proposer de nouvelles offres différenciantes et dans l’air du tout numérique ou elles seront confrontées dans quelques années, à la perte de nombreux clients qui seront plus séduits par les propositions des Fintechs.

PretUp le 07/12/2017