Créer son entreprise 3/3 : Installer son entreprise

Troisième et dernier article de notre série consacrée à la création d’entreprise. Cette fois-ci, nous nous penchons sur l’installation de l’entreprise, de la recherche du local à la bonne organisation de l’activité, pour ensuite aborder le déroulement des premiers mois de l’entreprise.

Installer son entreprise

Trouver et aménager le local adapté à votre activité

Vous pouvez choisir de vous installer chez vous ou de trouver un local pour votre activité. Le local reflète votre entreprise, vous devez donc bien le choisir.

L’emplacement est très important, faire une étude de marché avant de vous installer est très utile (concurrent dans la zone, attractivité, …).

Vous devez également vérifier que vous ne relèverez pas de la réglementation ERP (établissement recevant du public).

Contracter une assurance 

Afin de bien choisir votre assurance, vous devez prendre en compte :

  • La réglementation de votre activité
  • Faire l’inventaire de vos risques et évaluer leurs conséquences
  • Faire l’inventaire des risques que vous ne pourriez pas prendre en charge vous-même financièrement parlant

Vous devez déclarer à votre assureur très précisément vos activités, et ne pas oublier de l’informer de toutes modifications qui pourraient intervenir.

Attention, un contrat d’assurance de responsabilité civile personnelle ne pourra pas prendre en charge les dommages causés dans le cadre de votre activité professionnelle.

Préparer vos documents commerciaux 

Ces documents vont faire partie de l’image de votre entreprise, vous devez donc soigner leur rédaction.

Doivent figurer, au minimum :

  • la dénomination de votre entreprise (ce sera votre nom si vous êtes entrepreneur individuel)
  • son nom commercial, s’il en existe un
  • la forme juridique de l’entreprise avec le montant du capital social,
  • le numéro unique d’identification qui vous a été communiqué par l’Insee.

Mettez en place votre comptabilité 

Voici la liste des documents comptable obligatoires (au minima) selon le statut de votre entreprise :

  • Les entreprises soumises au régime de la micro-entreprise : le journal des recettes et le registre des achats
  • Majorité des entreprises soumises à un régime d’imposition réel : le livre journal
  • Les entreprises commerciales soumises au régime réel d’imposition : le grand livre et le livre d’inventaire
  • Les entreprises artisanales soumises au régime réel d’imposition : le grand livre
  • Les professions libérales soumises à la déclaration contrôlée : le registre des immobilisations et des amortissements

Ne vous passez pas des services d’un expert-comptable.

Mettre en place une organisation

Utiliser des outils de gestions :

  • De votre activité et de votre comptabilité
  • De vos clients
  • De votre communication
  • De vos coûts …

Ces outils pourront vous permettre d’ajuster votre stratégie afin d’être plus performant.

Établir un planning et un suivi des tâches :

Planifier vos tâches et vos actions vous permettra d’effectuer tout ce que vous avez à faire, sans qu’une activité empiète sur l’autre mais aussi de garder une ligne directrice pour votre projet.

Il est important pour un chef d’entreprise de trouver l’organisation qui lui convient afin de gérer son activité au mieux (un temps dédié au « commerce » de votre activité et un autre à sa gestion est primordial).

Recrutement : si vous souhaitez recruter un salarié, préparer cela en amont afin de publier vos annonces et préparer les entretiens afin de choisir les bons collaborateurs.

Les premiers mois d’activité

Lancement des actions commerciales

Les actions commerciales vont vous permettre d’atteindre vos objectifs commerciaux. Il est important de les planifier à l’avance pour avoir de temps vous organiser et de communiquer efficacement dessus.

Pour bien les préparer, il est utile de :

  • Bien cerner leur objectif et de détailler leur contenu
  • Faire un tableau de bord avec leurs différentes phases, le temps à y consacrer, leurs coûts et le suivi nécessaire de ces actions

Afin de mettre toutes les chances de votre côté quant à la réussite de vos actions, vous devez définir :

  • Votre budget de communication pour cette action
  • Les canaux de communication les plus adéquats
  • La période la plus propice pour cette action ainsi que sa durée
  • Les bénéfices que pourra vous apporter cette action sur la durée

Bien préparer et tenir à jour votre plan de trésorerie vous permettra de faire face à la croissance de votre activité qu’une bonne action commerciale engendrera. (ex : faire face aux nouvelles commandes)

La fiscalité de votre entreprise

Il est impératif que vous vous renseigniez sur la fiscalité qui concerne votre entreprise. De manière simple, vous allez être soumis à 3 types d’impositions :

Imposition des bénéfices : elle dépendra de votre type d’imposition et du monde de détermination du bénéfice imposable. C’est votre statut juridique qui déterminera cela.

CET (contribution économique territoriale) : elle est composée de la cotisation foncière des entreprises et la cotisation de la valeur ajoutée des entreprises.

La TVA : c’est un impôt « indirect » et les entreprises jouent le rôle de collecteur auprès des consommateurs pour ensuite la reverser à l’Etat (une fois la déduction faite de la TVA payée sur les achats consécutifs de son prix de revient).

Les entreprises peuvent aussi être soumises à des taxes complémentaires selon leur organisation et leur statut (ex : taxes sur les salaires, taxe d’apprentissage, …).
Renseignez-vous bien sur les taxes complémentaires auxquelles vous pourriez être soumis, mais également sur les exonérations d’impôts dont vous pourriez bénéficier.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur le site impots.gouv.fr et sur le site de la CCI de Paris.

Les potentielles modifications dans votre entreprise

Au cours des premiers mois, il est possible que votre entreprise connaisse quelques modifications (ex : changement de statut, nouvel associé, cession de parts). Il faut pouvoir les appréhender pour être prêt au moment venu.

Ce changement peut également être prévu dans votre business plan. En effet, vous pouvez très bien faire le choix de commencer seul avec un statut d’EI pour ensuite passé à une SARL avec un associé.

Enfin, même si lorsque l’on créé son entreprise, on est persuadé que tout va très bien fonctionner, il faut tout même être prêt à faire face à une cessation d’activité, car une entreprise peut être impactée par beaucoup de facteurs (ex : le marché, la santé de son gérant, le pouvoir d’achat, ..). Pensez-y et renseignez vous sur les démarches à faire et préparer toujours un « plan B » pour faire face aux aléas de la vie de chef d’entreprise.

Vous pourrez trouver plus d’informations ici et sur le site de l’Insee.

PretUp, le 02/11/18