Créer son entreprise 2/3 : Les formalités de la création et le financement

Deuxième article de notre série sur la création d’entreprise consacré à la partie administrative et financière de la création d’entreprise. Voici de façon synthétique, les formalités de création et les possibilités de financement qui s’offrent à vous.

Les formalités de création

Déclarer votre activité et demander votre immatriculation : au répertoire Sirene tenu par l’Insee et aux organismes suivants si :

  • votre activité est commerciale: au registre du commerce et des sociétés (RCS),
  • c’est une activité artisanale: au répertoire des métiers (RM), tenu par la chambre des métiers et de l’artisanat (CMA)
  • vous êtes agent commercial : au registre spécial des agents commerciaux (RSAC) tenu par le greffe du tribunal de commerce

Vous devez également entrer en contact avec les services fiscaux et les organismes sociaux.

Pour effectuer toutes ces démarches, il faut s’adresser au centre de formalités des entreprises (CFE)

Lorsque vous aurez immatriculé votre entreprise, vous recevrez :

  • un numéro unique d’identification: le Siren (« en » pour « entreprise ») que vous utiliserez dans vos relations et un ou plusieurs numéros Siret (« et » pour « établissement »), délivrés par l’Insee
  • un code d’activité APE(activité principale exercée), délivré également l’Insee

A noter que certaines formalités ne sont pas prises en charge par le CFE (ex : la domiciliation de votre entreprise), n’hésitez pas à vous renseigner auprès de cet organisme.

Attention : pour les entreprises artisanales, il y a des formalités spécifiques.

Autres démarches nécessaires :

  • Demander l’ouverture d’un compte bancaire pour l’entreprise
  • Assurer l’entreprise
  • Mettre en place des outils de gestion
  • Préparer les registres obligatoires (ex : livre-journal, registre unique du personnel, …)
  • Adhérer aux organismes de gestion agréés ou faire appel à un comptable ou à un cabinet comptable
  • Si vous avez des salariés : adhérer à une caisse de retraite complémentaire, à un centre de médecine du travail, vous procurer la convention collective nationale applicable à votre entreprise

Ne pas oublier

  • Choisissez le statut juridique de votre entreprise avant de l’immatriculer (vous pouvez trouver des informations dans le premier article de cette série ou sur le site service-public.fr
  • Renseignez-vous sur les réglementations de votre activité
  • Protéger le nom de votre marque ou de votre société

Plus d’informations

Financer la création de votre entreprise

Constituer vos capitaux propres ou capitaux de départ

Vous ne pouvez (en principe) récupérer vos fonds propres qu’en cas de cession de l’entreprise ou de titres de la société

Vous pouvez apporter à votre entreprise :

  • Vos économies personnelles
  • Un plan d’épargne salariale et/ou d’épargne collectif
  • ARCE (aide à la reprise et à la création d’entreprise)
  • Subventions : elles peuvent être accordées au niveau national ou par des dispositifs régionaux
  • Prix sous forme de fonds attribué lors de concours de création d’entreprise

Vous pouvez également compléter vos fonds propres avec un prêt d’honneur (taux zéro et sans intérêt, nécessite une solidité financière du projet qui doit être détaillé et argumenté) ou un prêt bancaire personnel (dans ce cas tournez-vous vers votre banque pour voir quelles sont vos possibilités)

Levée de fonds auprès d’investisseurs

Auprès de particuliers :

  • Love money : vos proches peuvent prendre une participation au capital
  • Clubs d’investisseurs spécialisés dans la création d’entreprise
  • Les sociétés de capital-risque solidaires
  • L’equity crowdfunding : plateforme où des particuliers investissent dans les fonds propres de l’entreprise

Les business angels : si votre projet est innovant ou à fort potentiel de croissance. En plus de fonds, ils peuvent vous apporter un réseau et des compétences supplémentaires.

Les fonds de capital-risque : publics (BpiFrance ou votre région) et privés (Afic)

Emprunter

Chez les banques : vous financeront sous certaines conditions (ex : projet viable, garanties personnelles, ..)

Le microcrédit : dans le cas où vous n’auriez pas de garanties suffisantes, ces organismes apportent des services financiers habituels auxquels s’ajoute une aide à la réalisation de votre projet.

Crowdfunding : via les plateformes de financement participatif qui vous permettent de financer votre projet rapidement. A noter que toutes les plateformes ne financent pas la création d’entreprise.

Un apport des associés : les associés prêtent à l’entreprise et dispose d’une créance sur cette dernière

BpiFrance : Il s’agit d’une banque publique d’investissement. Elle apporte un financement complémentaire à chaque étape clé du développement de l’entreprise. Si votre projet est innovant, cet organisme pourra également vous accorder des bourses et intervenir en garantie de fonds propres.

 

PretUp, le 26/10/18