Comprendre l’analyse financière [Les soldes intermédiaires de gestion] – Feuilleton de l’été n°2

Graphique 2Les soldes intermédiaires de gestion sont une annexe des comptes annuels. Bien qu’ils ne soient pas obligatoires, ils permettent de décomposer le résultat d’une entreprise pour améliorer le diagnostic financier et identifier les différents facteurs qui sont à l’origine de son  résultat.

On utilise notamment les indicateurs figurant dans les soldes intermédiaires de gestion pour se comparer aux statistiques du secteur voir directement à des concurrents. C’est également un bon outil pour analyser les variations par rapports aux exercices précédents et pour calculer des ratios financiers. D’ailleurs, il est un des éléments composant le prévisionnel financier.

Calcul des soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion se calculent  en suivant plusieurs étapes :

  • la marge commerciale ou marge de production,
  • la valeur ajoutée,
  • l’excédent brut d’exploitation,
  • le résultat d’exploitation,
  • le résultat courant avant impôt,
  • le résultat exceptionnel et le résultat net.

1.      La valeur ajoutée

Elle mesure la richesse créée par l’entreprise au cours de son activité,  elle est ensuite répartie entre les facteurs de production (le travail et le capital) et l’Etat à travers les impôts et taxes.

Elle se calcul de la manière suivante :

Valeur ajoutée  = Marge commerciale + production de l’exercice – consommations de l’exercice en provenance

Où :

Valeur ajoutée = marge globale – services extérieurs et autres charges externes

Avec :

  • Marges globale = marge commerciale + marge de production
  • Marge commerciale = vente de marchandises – Coût d’achat des marchandises vendues (achats de marchandises +/-  variation de stocks de marchandises)
  • La marge commerciale permet l’appréciation de la performance dégagée lors de l’activité commerciale.
  • Marge de production = Production de l’exercice (production vendue+/- production stockée+ production immobilisée) – Coût d’achat des matières premières consommées (achats de matières premières et autres approvisionnements +/- variations de stocks de matières premières et autres approvisionnements.
  • La marge industrielle appréhende la performance dégagée lors de l’activité industrielle.

 

2.     L’excédent brut d’exploitation

Il  représente le flux de trésorerie généré par l’activité principale de l’entreprise.

Sans tenir compte de la politique de financement et d’investissement de l’entreprise, ni des événements exceptionnels, il se calcul comme suit :

 

L’excédent brut d’exploitation EBE (EBITDA) =  Valeur ajoutée + subventions d’exploitation – Impôts, taxes et versements assimilés – Charges de personnel (Salaires et traitements+ Charges sociales).

 

3.    Le résultat d’exploitation

Le résultat d’exploitation  correspond à la différence entre les produits et les charges liées à l’exploitation, il mesure la capacité de l’entreprise à générer des ressources avec son activité principale et sa performance économique, sans prendre en compte les éléments financiers et exceptionnels, ce dernier se calcule comme suit :

Résultat d’exploitation Produits d’exploitation – Charges d’exploitation.

Ou 

Résultat d’exploitation : Excédent Brut d’Exploitation + Reprises sur provisions d’exploitation + Autres produits d’exploitation – Dotation aux amortissements et provisions – Autres charges d’exploitation.

 

4.   Le résultat courant avant impôt

Il permet donc de mesurer l’impact de la politique financière de l’entreprise sur son résultat d’exploitation, il se mesure comme suit :

Résultat courant avant impôt : Résultat d’exploitation +/- Résultat financier (produits financiers – charges financières).

 

5.     Le résultat exceptionnel

Il  représente le résultat réalisé par une entreprise lors des ces opérations non ordinaire (une cession d’immobilisation, un remboursement exceptionnel…). Il s’agit donc des produits et des charges qui ne sont pas liés à l’activité ordinaire de l’entreprise, se dernier se calcule comme suite :

Résultat exceptionnel : Produits Exceptionnels – Charges Exceptionnelles.

 

6.    Le résultat net

Le résultat net traduit l’enrichissement ou l’appauvrissement de l’entreprise sur une période bien déterminée, c’est la différence entre le total des produits et le total des charges de cette période. Il s’agit en fait de la part revenant aux actionnaires après que les créanciers et l’Etat ont perçu leur part. Ce résultat net peut donc être distribué sous forme de dividendes, ou mis en réserves (et augmenter ainsi le montant des capitaux propres de l’entreprise.

Graphique 3

Scroll To Top