Article de l’été 5/6 : Connecté même en vacances ?

Vacances riment avec détente et c’est souvent l’occasion choisie pour essayer de se déconnecter, au sens propre, de son quotidien.  Mais arrivons-nous vraiment à nous passer de nos smartphones, ordinateurs et tablettes ?

Constat d’une hyper connexion

L’étude Baromobile 2018 révèle que nous consultons en moyenne 23 fois notre smartphone par jour soit un total de 1h42 allant jusqu’à 33 fois pour les Millénials soit 2h16 par jour.

Nous sommes 60% à déclarer que consulter notre smartphone est un automatisme et certaines personnes vivraient mal le fait de ne pas avoir leur téléphone dans leur champ de vision.

Les réseaux sociaux, mails, jeux, applications, messageries, … nous rendent accro à nos Smartphones et autres appareils connectés.

Cela continue lorsque nous sommes en vacances. Nous sommes nombreux à prendre des photos et des vidéos pour les partager ensuite sur les différents réseaux sociaux.

Est-ce la peur de manquer une information ou le besoin absolu de partager son actualité estivale ? Le smartphone est-il le nouveau « doudou » des plus de 15 ans ?

Selon l’étude Kantar TNS pour Orange, une personne sur deux n’envisagera pas ses vacances sans rester connectée.

Au travail aussi, la déconnexion est parfois compliquée

L’agence Interim Qapa (publié dans Le Figaro) a réalisé une étude sur 135 000 professionnels français :

  • 62% déclarent «continuer à répondre à leurs appels ou bien à leurs mails professionnels pendant leur période de congés».
  • 42% consultent régulièrement des mails professionnels dans la journée
  • 33% les consultent une fois par jour
  • 8% les consultent une fois par semaine
  • 17% ne consultent «jamais» leurs mails professionnels pendant les vacances

La raison la plus évoquée à cette connexion professionnelle presque permanente ?  Vouloir « garder un œil sur le dossier ». Cette forme de « travail » pendant les congés se banaliserait en France.

La detox digital

Il s’agit de diminuer ou d’arrêter complètement l’utilisation de son Smartphone, tablette et ordinateur pendant quelques temps.

Cette detox devient tendance et paradoxalement et de plus en plus partagée sur les réseaux sociaux.

Alors pourquoi se séparer de ses appareils connectés pour y retourner ensuite ? Cela permettrait aux personnes de décompresser et de mieux profiter de leurs vacances.

La période des vacances serait la plus propice à la déconnexion. De ce constat, un véritable « business de la déconnexion » a vu le jour, car un réel besoin de « se reconnecter avec soi-même » sans appareil est de plus en plus présent.

Face à cette nouvelle demande, des agences de voyages proposent désormais des séjours « digital detox ».

Le principe est simple. A votre arrivée vous déposez vos smartphones et autres objets connectés dans un coffre et vous les récupérez à la fin de votre séjour. Des chambres sans télévision sont aussi proposées pour une coupure totale, mais avec tout de même, un téléphone « basic » sans connexion internet pour rester en communication avec ses proches.

Cependant,  la wifi reste un critère de sélection d’hôtels pour 7 Français sur 10.

Et du côté de la vie professionnelle ?

N’oublions pas que « le droit à la déconnexion » est inscrite dans la Loi Travail (ou Loi El Khomri) et stipule que le salarié a la possibilité de ne pas se connecter aux outils numériques et de ne pas être contacté par leur employeur en dehors de leur temps de travail.

Des entreprises comme Daimler (constructeur allemand) ont mis en place des actions pour aider leurs salariés à se déconnecter avec par exemple la suppression automatique des mails adressés aux salariés qui sont en congés.

Quelques conseils pour arriver à lâcher son smartphone …

… parce que la lumière des écrans serait néfaste pour la santé et que ces objets qui nous connectent aux personnes du monde entier peuvent nous couper des personnes qui sont juste à côté de nous.

  • Couper les notifications : pour ne pas être tenté de regarder son téléphone à chaque fois qu’il s’allume
  • Avoir des moments sans Smartphone : à table, au restaurant, devant un film, 2h avant de dormir
  • Prendre conscience du temps que l’on passe dessus : des applications vous indiquent aujourd’hui le temps passé dessus
  • Ne pas utiliser son smartphone comme réveil (oui, c’est possible)
  • Couper son téléphone professionnel pendant ses congés : on briefe les collègues sur les dossiers avant de partir, on prévient nos interlocuteurs que l’on sera absent et l’on part l’esprit tranquille

A retenir que « ce n’est pas ce que l’on fait, mais ce que l’on ne fait pas à cause de nos smartphones » qui pause problème.

PretUp, le 31/08/2018