Tech For Good : De retour à Paris

Le mercredi 15 mai 2019 à Paris, a eu lieu la seconde édition du sommet Tech For Good.

Tech For Good : Qu’est ce que c’est ? 

Cet événement permet de réfléchir à comment l’innovation technologique peut contribuer en faveur du bien commun.

Cela fait maintenant 2 ans qu’ils se réunissent, 80 dirigeants de grandes entreprises, start-up, associations et acteurs de l’écosystème numérique mondial ont été présents au Palais de l’Elysée afin de trouver ensemble, des innovations technologiques visant à influencer positivement la société.

Cette année cinq ateliers de travail étaient au programme : comme l’accès à l’éducation, la diversité, le travail, l’inclusion sociale et la protection de l’environnement.

Les réseaux sociaux

Facebook était au cœur du sujet, suite à la diffusion de l’attentat « Christchurch » contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande. Le but étant de modérer les contenus haineux, la régulation des réseaux sociaux est un des thèmes que le Président De La République a mis en avant pour les élections européennes.

Un événement tricolore 

L’Elysée a choisi de mettre en avant les firmes françaises, « Après l’édition 2018, nous avions souligné que la recherche du Tech for Good ne pouvait se résumer à un face-à-face entre les autorités et les géants de la tech. Il existe tout un écosystème français de start-up qui crée des centaines d’emplois, qui résout des défis environnementaux et qui produit des champions internationaux », explique Nicolas Brien, directeur général de France Digitale, grande association de jeunes pousses. « On a 4 licornes en France, et les Etats-Unis 169 : il faut viser haut », a exhorté, à son arrivée à Tech for Good, Frédéric Mazzella, le fondateur de Blablacar, l’une des ces entreprises valorisées plus d’un milliard de dollars (895 millions d’euros).

En effet, en 2018 le grands groupes français comme Orange, BNP Paribas ou Sanofi n’avaient pas été mis un avant contrairement aux grandes sociétés américaines, à qui on déroulait le tapis rouge, à l’image d’Uber, Facebook..

L’Elysée note avoir, cette année, inclus 50 % de sociétés françaises parmi les participants, ce qui n’était pas le cas en 2018. Le nombre d’invités a, au passage, crû de 48 à 84. Dans un jeu de questions-réponses avec les cinq entrepreneurs, et face à un auditoire de 5 000 personnes, le chef de l’Etat a vanté le dynamisme de l’écosystème tech tricolore, bien parti pour atteindre un nouveau seuil de 5 milliards d’euros de levées de fonds en 2019 contre 3,5 milliards un an plus tôt.

PretUp / 17 mai 2019