De nouveaux acteurs sur le marché de la carte de paiement

Carte Bleue

Avec l’émergence du numérique et des nouveaux acteurs de la Fintech, le marché des cartes bancaires n’est plus réservé aux seuls acteurs bancaires traditionnelles. Des entreprises dont l’activité de  base  diverge totalement des prestations de paiement sont en train de s’engouffrer dans un marché qui commence à être saturé au vu de la profusion des offres disponibles.

C’est le cas dernièrement de la FNAC, Carrefour avec la carte et le compte C-Zam et Orange avec l’offre Orange Bank

– C-zam (Carrefour Banque)

C’est une carte de paiement internationale à interrogation systématique affiliée à un compte 100 % mobile qui peut être ouvert en quelques minutes et en libre service.  L’ouverture du compte coûte 5 € au client puis 1 € de frais de tenue de compte par mois. La carte offre toutes les fonctionnalités d’une carte classique (sans contact, assurance voyage) tout en offrant des partenariats avec des remises à la clé. Il faut noter cependant que cette carte étant à autorisation systématique, elle refusera tous les paiements supérieurs au solde du compte C-ZAM. Aucun découvert ne sera autorisé sur ce compte, le fonctionnement doit rester strictement créditeur.

– Orange Bank

Stéphane Richard, le PDG d’Orange, a lancé officiellement Orange Bank pour une disponibilité à partir du 6 juillet 2017, lors du Show Hello, la conférence annuelle qui présente toutes les nouveautés d’Orange. L’offre proposée est assez classique. Elle comprend un compte, une carte de paiement, un découvert autorisé. Elle est totalement gratuite si on utilise le compte au minimum 3 fois par mois. Toute l’offre est pilotable en ligne depuis l’application mais Orange bénéficie également de son réseau de boutique pour accompagner les clients.

Orange Bank a donc  l’avantage de proposer son produit en physique avec une souscription possible en magasin et avec la réception d’une carte bancaire mais également de proposer les atouts du monde numérique avec une offre 100 % mobile, la possibilité de payer avec son smartphone mais aussi, et c’est là l’élément différencient, un conseiller virtuel disponible 24h/24 et 7j/7. Basée sur la technologie Watson d’IBM il répondra à toutes les questions que peuvent poser les clients et leur permet de modifier certains paramètres de manière instantanée, comme le plafond de paiement de la carte de paiement par exemple… Et si jamais le conseiller virtuel n’est pas capable de répondre aux questions du client, un expert bancaire lui répondra.

Orange Bank propose donc une expérience « Phygital », qui allie les atouts du monde physique avec ceux du numérique.

– La Fnac

La Fnac a annoncé tout récemment lancer son offre de carte de paiement en partenariat avec Crédit Agricole Consumer Finance, réservée à ses abonnés sans coût supplémentaire et offrant des avantages non négligeables. La carte MasterCard est rattachée au compte bancaire du client, donc il n’y a pas besoin d’une ouverture de compte supplémentaire. Pour chaque paiement effectué avec cette carte, dans le réseau Fnac ou non, 1 % des montants sont crédités sur le compte fidélité de l’adhérent. Cette cagnotte est alors utilisable en chèque cadeaux dans tous les magasins Fnac.

Les innovations du marché

Au delà de ces nouvelles cartes toujours avec le même fonctionnement que l’on connait, on retrouve quelques startup souhaitant proposer de nouvelles fonctions et innover cette institution qu’est la carte de paiement.

– Sharepay en France

La gestion des dépenses communes est un vrai casse tête pour une majorité des ménages. Obligation d’avoir un compte joint, faire des virements régulièrement sur ce compte, chacun doit avoir sa carte bancaire… Partant de ce constat, une startup française, Sharepay, a élaboré une carte de paiement permettant de séparer les paiements effectués avec celle-ci.

Lors de l’inscription, il suffit de charger sa carte bancaire personnelle et de créer un groupe avec l’autre personne avec qui on séparera les paiements.

Chacun reçoit sa carte personnelle à laquelle est rattaché le groupe sur Sharepay. Lors du paiement, chaque personne reçoit une notification ou un mail indiquant qu’une transaction a été effectuée et  le montant payé par chacun. La répartition de base est 50-50 mais elle est personnalisable et effective instantanément.

– Ipagoo la néobanque

Cette banque présente dans 4 pays permet au client d’ouvrir un compte dans chaque pays où elle est présente (en livres, euros ou dollars) mais il dispose d’une seule carte bancaire MasterCard Internationale qui lui permet de débiter l’un ou l’autre de ses comptes selon ses besoins en temps réel et sans subir les taux de change.

PretUp – 12 mai 2017

Orange Bank et Banque Postale, les nouveaux entrants qui souhaitent bouleverser le marché du Mobile Banking

Logo

Suite à sa stratégie de diversification, l’opérateur télécom Orange donnera naissance à Orange Bank au premier semestre 2017 dans l’Hexagone, une apparition qui pourrait bouleverser le marché du mobile Banking. La banque postale de son côté se prépare pour le lancement de son nouveau mobile Bank entre mai et septembre 2018 avec l’ambition d’acquérir un million de clients en sept ans.

Le lancement d’Orange Bank, une stratégie bien réfléchie :

Le caractère récent et prometteur du Mobile Banking, a ouvert l’appétit a plusieurs acteurs dont Orange, qui souhaite mettre en oeuvre son nouveau service Mobile Banking baptisé Orange Bank dans les semaines à venir, suite à une présentation du plan stratégique d’orange en mars 2015 réalisée par son PDG Stéphane Richard. Nous citerons les principaux facteurs qui pourront aider à la réussite de cette opération très attendue :
Un bon timing : grâce au nouveau service d’aide à la mobilité bancaire qui entrera en vigueur ce mois-ci, la mobilité bancaire des clients sera facile, et ces les banques elles-mêmes qui prendront en charge les démarches de changement d’établissements bancaires pour le compte de leurs clients, afin d’intensifier la concurrence sur le marché bancaire.
Une clientèle préexistante : le leader du télécom bénéficie aujourd’hui d’une base clientèle très importante en France, il y a donc une forte probabilité que ses millions d’abonnés soient convertis à des utilisateurs de son nouveau service bancaire, ayant un objectif très ambitieux, l’opérateur souhaite atteindre à terme 2 millions de clients en France.
Selon un sondage réalisé au sein des boutiques Orange, avec la participation de 920 clients, 1 client sur 3 est intéressé par l’ouverture d’un compte à la banque orange, et 1 sur 3 souhaite être contacté au moment du lancement, ajoutons à cela les 540 000 consommateurs actuels que va récupérer orange suite à son rachat de Groupama Banque à hauteur de 65% l’an dernier.
Toute une préparation : avant le lancement de sa nouvelle structure, l’opérateur du télécom Orange s’y prépare depuis plus d’un an. 800 conseillers agréés IOBSP (intermédiaire en opérations de banque et services de paiement) sont déjà formés au métier, ainsi que 140 boutiques Orange disponible à l’heure actuelle avec un espace dédié à la souscription.

La Banque postale suivra la même voie :

L’arrivée prochaine d’Orange Bank sur le marché du mobile Banking, précédé de la réussite des néobanques à l’instar de N26 qui revendique déjà plus de 30 000 clients en France, et ou Compte Nickel qui espère atteindre 1 million de comptes au printemps 2018, suite à une affirmation de Hugues le Bret dans un article de Lopinion, poussera naturellement la banque postale à suivre la même voie stratégique pour s’adapter dans ce nouveau contexte qui a tendance à évoluer rapidement.
Selon un article publié sur lesEchos la semaine dernière, la banque postale souhaite conquérir 1 million de clients d’ici 2025, avec un service bancaire 100% en ligne, qui s’adresse en premier lieu aux jeunes actifs âgés de moins de 35 ans, urbains et « connectés ».
« Nous visons une clientèle la plus large possible et aussi beaucoup les jeunes. On en attend beaucoup », avait déclaré le président du directoire de la banque postale Rémy Weber, lors d’une conférence de presse, sans vouloir donner plus de commentaire. Il avait ajouté qu’il y aurait « sûrement une marque distincte » pour cette banque.

PretUp / 22 février 2017

 

Scroll To Top