Chefs d’entreprise : quels sont les besoins couverts par le financement participatif ?

Les entreprises ont aujourd’hui des difficultés à financer certains de leurs besoins. L’achat de  Matériel d’occasion, le besoin en fonds de roulement, le développement de sites internet,  des embauches, sont des nécessités aujourd’hui pour continuer à développer l’activité professionnelle. Mais ces besoins, les banques ne les financent que très peu en prêt amortissable. L’entreprise est alors obligée de se financer via son découvert ou de trouver un autre partenaire financier que sa banque.

PretUp propose une solution innovante et rapide aux entrepreneurs pour continuer à développer leur entreprise.

Par exemple, la SAS SETEA, pour financer le développement de sa plateforme de vente de prestation de services AXPEE,  a opté pour la solution PretUp, avec un prêt de 70 000 € sur 24 mois. Ce prêt a été clôturé en quelques jours, permettant à l’entreprise de se concentrer sur le développement informatique de sa plateforme.

Setea

A mi mai 2017, PretUp est intervenu sur 130 projets avec une moyenne de financement de 25 133 € sur une durée de 27 mois.

Graphique

Pour rappel, l’offre est réservée aux entreprises de plus de 2 ans d’existence et réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 80 000 €. L’analyse se base sur les 3 derniers relevés de compte professionnels et les deux derniers bilans détaillés ainsi que sur des éléments détaillant le besoin de financement tels qu’une facture, un devis, bon de commande, contrat de travail etc.

PretUp / 24 mai 2017

Le crowdfunding aide Les Madeleines Jeannette1850 à poursuivre son activité !

 Madeleine Jeanette V2

Née en 1850, l’entreprise, qui a  compté jusqu’à 400 salariés, revoit le jour ! L’entreprise a connu plusieurs périodes difficiles : quatre dépôts de bilan (entre 1997 et  2011), le 18 décembre 2013, au terme d’une procédure de redressement judiciaire, la juridiction commerciale prononce sa liquidation.

Les employés, qui été au nombre de 37, décident d’occuper l’usine jour et nuit pendant onze mois en espérant que la marque survive. Touché par cette mobilisation, Georges Viana, un ancien cadre, décide de reprendre l’entreprise. En novembre, le juge-commissaire attribue à Georges Viana la marque, les recettes et les actifs incorporels. C’est alors que deux campagnes de financement participatif vont se mettre en place. En tout, elles rassembleront plus de 400 000 euros.

Grâce à cette récolte, un prêt bancaire de 350 000€ a pu être débloqué. Après les deux premières embauches initiales, quatre nouveaux CDI ont été signés. Il restera 8 autres postes à créer pour atteindre les objectifs de production.

Les madeleines ont été présentées à la Foire internationale de Caen par le fabricant normand. De plus,  Philippe Parc, meilleur ouvrier de France et champion du monde des desserts, se propose d’imaginer de nouvelles recettes. Des recettes sucrées (éclats de pistache ou vanille de Tahiti) et salées pour l’apéritif et de nouveaux goûts sous un nouveau nom, « Jeannette 1850 ».

Notons que sans le financement participatif,  une telle histoire n’aurait pas pu voir le jour !

PretUp – 16 octobre 2015

Madeleine Jeanette

Scroll To Top