Retour sur des levées de fonds de Fintechs

Le deux derniers mois ont été prolifiques au niveau des levées de fonds pour les Fintechs européennes.

Retour sur quelques une de ces levées :

  • On en parlait dans un article précédent sur les Assurtechs : au début du mois d’avril la start-up Alan, spécialisée dans l’assurance complémentaire santé dématérialisée a levée 23 millions auprès d’Index Ventures et de Xavier Niel. L’entreprise a également obtenu l’agrément de l’ACPR, agrément qui n’avait pas été délivré depuis 1986. Les fonds vont permettre à Alan de tripler son nombre d’assurées et passer la barre des 100 000 assurées en 3 ans. Ils serviront aussi à développer de nouveaux services et outils, notamment en ce qui concerne le bien-être au travail.
  • Début mars, la néobanque anglaise Atom Bank a levé 206 millions de dollars, opération orchestrée par la banque espagnole BBVA. Atom Bank se veut être la néobanque des « Millenials », ces jeunes adultes de 18 à 30 ans et mise pour cela sur une personnalisation accrue (couleurs, logo et même le nom de la banque modifiable) ainsi que sur la reconnaissance faciale et vocale.
  • Fin mars c’est la néobanque allemande N26 qui a réalisé un tour de table de 160 millions de dollars auprès d’AllianzX et Tencent. L’objectif est un déploiement aux Etats-Unis avec un bureau à New-York est un lancement au Royaume-Uni de même. N26 espère compter parmi ses clients plus de 5 millions de personnes d’ici fin 2020. Depuis sa création, N26 a déjà levé 215 millions de dollars
  • Enfin, cette semaine c’est la néobanque anglaise Revolut qui a bouclé un tour de table pour un montant de 250 millions de dollars mené par DST Global. Revolut s’est spécialisée comme étant LA banque de la mobilité, en facilitant les changes de devises avec peu de frais. En prime la néobanque propose à ses clients d’acheter et de vendre des cryptomonnaies ainsi qu’une fonctionnalité de cashback. En février 2018, la société a même annoncé avoir atteint son seuil de rentabilité. Revolut, c’est également entre 6 000 et 8 000 nouveaux clients par jour, pour un total de 250 000 utilisateurs actifs. La société souhaite se servir de cet argent pour s’implanter dans des pays anglo-saxons (Etats-Unis, Canada, Australie mais aussi Singapour et Hong-Kong) et doubler son effectif, de 350 à 800. Au total Revolut a déjà levé 340 millions de dollars depuis sa création en 2015. Avec cette levée de fond, Revolut entre dans le club fermé des licornes, pour une valorisation de 1.7 milliards de dollars. Seule ombre au tableau : Revolut n’a pas encore obtenu la licence bancaire européenne, celle-ci est toujours en cours d’étude auprès des services lituaniens.

PretUp le 26/04/18