Les Fintech développent de nouveaux services financiers innovants

Tour eiffel en noir et blanc

Le mot Fintech est apparu dans le milieu financier dans les pays anglo-saxons, avant de devenir à la mode en France sur le dernier trimestre 2014. Ce terme est la combinaison entre deux domaines devenus inséparables aujourd’hui, la finance et la technologie : il désigne toute nouvelle entreprise innovante (start-up) qui cherche à démocratiser d’une manière transparente les services financiers et bancaires à l’aide de la technologie.

Les Fintech sont-elles une alternative aux services proposés par les banques ?

Suite à la crise économique de 2008, les banques voient après des décennies de situation quasi-monopolistique du secteur financier, leurs positions attaquées de toutes parts. Les banques sont aujourd’hui confrontés à une montée de la concurrence des fintech, les géants de la high-tech ont annoncé le lancement de nouveaux services de paiement ces prochaines années. Les Fintech représentent concrètement les technologies associées aux services financiers : une vaste notion qui regroupe des firmes ou des startups de toutes tailles avec des projets aussi différents les uns que les autres. Mais avec une nouvelle vision relationnelle et de transparence. Et ce, à la fois dans le business-to-consumer (B2C) et le business to business (B2B).

L’investissement global des fintech a triplé dans une période de cinq ans, avec moins d’un milliard de dollars investis en 2008, contre 3 milliards de dollars environ en 2013, principalement en Angleterre et aux Etats-Unis. L’investissement devrait continuer à croître au cours des années suivantes, de plus en plus de 8 milliards de dollars au niveau mondial d’ici à 2018 ; le succès de l’IPO de Lending Club dirigé par le français Renaud Laplanche n’est pas pour rien dans ce tapage médiatique.

Y’a t’il vraiment une valeur ajoutée ?

Ces start-up misent sur la collaboration, la simplification, la transparence accrue et la démocratisation des services financiers facilitées par le digital. Ce nouveau besoin est parfaitement identifié par les fintech, qui proposent des services financiers grâce à la technologie, allant de l’éducation financière à la gestion quotidienne des finances personnelles, en passant par la planification des besoins financiers des clients. Les Banques ou les assurances quant à elles sont bloquées par des systèmes d’informations (datant des années 1970, l’époque du mainframe d’IBM) très chers à évoluer : les services informatiques représentent une grande partie des charges d’un bilan bancaire. Le recrutement d’informaticiens connaissant la technologie mainframe (cobol, CICS..) est problématique : ces langages ne sont plus enseignés dans les Facultés ; seuls les services de formation des SSII continuent à former des salariés.

Le crowdfunding est il un bon dérivé ?

Le financement par la foule, est un mode de financement dérivé des fintech, il permet aux entreprises et aux particuliers de récolter des fonds pour leur projets, et cela a travers l’association d’un grand nombre de personnes (prêteurs ) investissant un petit montant qui permettent aux porteurs de projets (emprunteurs ) de trouver les fonds demandés. Les rendements affichés par les plateformes de prêt participatif, de 3% à 12%, sont alléchants. D’autant que le ticket d’entrée est généralement bas : 20 ou 50 euros dans la plupart des cas. La société PretUp s’est positionnée sur ce segment de marché du crowdlending fin 2014. Le site a ouvert fin avril avec deux projets en cours de financement. Les caractéristiques de cette plateforme sont : une sélection très rigoureuse des demandes de financement pour limiter le risque de défaillance (et ainsi le risque de perte d’une partie du capital apporté par le Particulier), une assurance décès-invalidité sur le chef d’entreprise, un espace personnel accessible 7j/7 24h/24 et un partenaire de paiement de renom S-Money, filiale à 100% de BPCE. La société travaille avec un réseau d’apporteurs d’affaires (courtiers, experts-comptables..) important qui lui permet de trouver des entreprises en développement partout en France. Cette société s’appuie sur un actionnariat solide, le Groupe Mentor installé sur Nancy et spécialiste depuis pratiquement 20 ans dans les métiers aussi diversifiés que la Finance (consolidation de crédits, l’assurance ou l’immobilier) [350 collaborateurs  – 20M€ de capitaux propres]. PretUp continuera à innover ces prochains mois en lançant de nouveaux produits dédiés à soutenir l’économie réelle.

logo_pretup

Pour plus d’informations, rendez vous sur https://www.pretup.fr/
12 mai 2015