La Directive de Services de Paiement 2

DSP2

En début d’année 2017, l’autorité bancaire européenne a publié la Directive de Services de Paiement (DSP2), qui entrera en vigueur en janvier 2018.

Son but ? Réguler les nouveaux acteurs financiers et améliorer la sécurité de leurs échanges.

Comme son nom l’indique, ce n’est pas la première mesure du genre. En effet c’est en 2009 que la DSP1 est entrée en vigueur et avait permis de donner un premier cadre réglementaire aux Fintech qui émergeaient. La directive avait pour but de créer un marché européen pour les opérations de paiements et de l’encadrer tout en protégeant les consommateurs.

Quelles sont les nouveautés apportées par la directive ?

Elle impose aux banques et aux prestataires de paiement de permettre à des tiers d’accéder à aux données des comptes clients. Il suffira que le client donne son accord pour que les tiers accèdent aux données.

Ainsi, un nouvel environnement sera instauré avec les services financiers tels que les banques, les services d’information sur les comptes (Budget Insight, Bankin ..) et les services d’initiation de paiement (Paypal,..).

Les services d’information sur les comptes permettent aux consommateurs disposant de plusieurs comptes bancaires de bénéficier d’une vision consolidée de leurs comptes dans différentes banques sur une seule interface.

Les services d’initiation de paiement permettent aux consommateurs de demander à un intermédiaire de présenter et d’exécuter des opérations de paiements en leur nom auprès de leur banque. Bien évidemment ces offres de paiement nécessitent une authentification et une validation du payeur à chaque transaction.

En matière de sécurité, l’enjeu de la directive est d’encadrer ces services et de trouver un moyen de les interconnecter aux banques de manière sécurisée pour le client. La DSP2 prévoit par exemple une authentification forte par une double authentification pour toutes les opérations.

Quel intérêt pour le consommateur ?

Les fintech  pourront proposer davantage de services qui répondront aux attentes de leurs clients en matière de gestion financière. La directive devrait également avoir pour effet de faire baisser les prix grâce à l’ouverture du marché des services financiers et en offrant davantage de choix.

Elle offre également un cadre réglementaire  rassurant pour le client car tous les prestataires doivent posséder un agrément de l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) pour pouvoir proposer leurs services.

PretUp le 28/12/2017