Article de l’été 6/6 : rentrée des classes, du changement digital ?

Arrivée des tablettes dans les écoles primaires et les collèges, nouveaux outils numériques pour les enseignants et interdiction des portables pour les élèves. En cette semaine de rentrée on fait le point.

Les tablettes dans nos écoles

Elles arrivent progressivement dans les écoles afin de servir de support pédagogique aux enseignants ou pour alléger les sacs des élèves.

Pour les enseignants : Elle permettent de trouver des exemples et des images d’illustration pour les élèves, des explications différentes pour illustrer une leçon, …

Cela peut aussi permettre de faciliter l’échange d’informations avec les parents.

Pour les élèves : Les tablettes peuvent remplacer manuels scolaires, cahiers et feuilles. Une tablette dans le sac au lieu de plusieurs livres et cahiers, c’est un sac beaucoup moins lourd. En moyenne, un cartable d’un élève de primaire pèse de 7 à 9 kg ! Beaucoup trop pour des enfants.

Cela permet également à l’élève d’apprendre à utiliser un outil qui lui servira demain, autrement que chez lui à travers des jeux sans but pédagogique.

Mais les tablettes ont évidemment un coût …

En 2015, François Hollande avait promis un milliard d’euros sur 3 ans pour fournir à tous les élèves de 5ème  une tablette. Un plan interrompu par le gouvernement actuel, qui juge le dispositif trop coûteux.

Aujourd’hui on constate une inégalité quant au taux d’équipement qui varie selon les collectivités territoriales.

Il faut savoir que ces dernières peuvent prendre en charge une partie du coût de la tablette mais que la seconde partie est à la charge des parents. Ce qui peut être compréhensible au vu de l’utilisation personnelle de l’équipement qui se fait hors des salles de classe. Les mairies peuvent aussi proposer de co-financer l’achat.

La région Grand Est se distingue à ce niveau. 42 lycées expérimentent actuellement l’utilisation de la tablette et les premiers retours semblent positifs.

Faut-il encore garantir une bonne connexion internet dans toutes les salles.

Nouveau support et nouvel enseignement : le numérique

Une volonté d’inscrire les « sciences informatiques » comme une réelle discipline s’accentue.

Tout d’abord au lycée où des cours d’informatique devraient être mis au programme. On remarque aussi que de plus en plus de devoirs donnés à la maison sont à faire en ligne surtout au collège.

Il est admis par les professeurs que tous les élèves peuvent avoir accès à un ordinateur et que les exercices en ligne ont des avantages. On peut recommencer pour améliorer son score, travailler avec des vidéos comme support, faire des recherches documentaires mais aussi réviser en ligne.

Du côté des enseignants du primaire, des tableaux blancs interactifs sont apparus dans quelques classes. Cela donne plus de possibilités comme afficher des syllabes en couleurs (ex : aide à la lecture pour les dyslexiques), faire apparaître une illustration au tableau, ou trouver des exemples plus rapidement en images et en sons.

Les enseignants utilisant ces méthodes font un retour positif car ces équipements permettent une adaptation de l’apprentissage. Mais ils s’accordent tous sur un point : il est inconcevable d’apprendre à écrire sur un clavier !

L’interdiction des portables dans les établissements scolaires

La loi est entrée en vigueur pour la rentrée 2018 : les téléphones portables sont strictement interdits pour les élèves de primaire et collège en classe et parfois dans la cour.

Mais la mise en application de la loi va prendre du temps (plusieurs semaines à plusieurs mois). Il va être nécessaire de changer les règlements intérieurs des établissements scolaires, ce qui ne peut pas se faire du jour au lendemain.

La question des sanctions à appliquer en cas d’utilisation du téléphone portable par un élève reste encore en suspens. L’exemple des casiers sécurisés où les élèves peuvent déposer leurs téléphones en début de journée a souvent été évoqué. Mais il est peu probable que tous les établissements en installent car cela représente un budget conséquent.

La solution serait donc de laisser les élèves garder leurs téléphones sur eux et de les sanctionner s’ils les utilisent en classe ou dans la cour (confiscation immédiate, mot aux parents, heures de colle, …).

Laisser les élèves garder leur téléphone sur eux pourrait leur permettre de les utiliser à des fins pédagogiques en classe quand l’enseignant l’autorise.

Une nouvelle façon d’enseigner pourrait voir le jour, mais il va falloir régler quelques dysfonctionnements avant.

La loi sur la stratégie numérique à l’école devrait être mise en place début 2019 soutenue par Jean-Michel Blanquer le ministre de l’Education nationale qui rappelle tout de même que « le numérique n’est pas une fin en soi, c’est un outil dont on ne doit ignorer ni les bons ni les mauvais aspects ».

PretUp, le 07/09/18